Annuaire association

Supprimer toutes les publicités avec l'asso-pack + ?
Commander !

Cotizasso, gérer les cotisations de vos adhérents

L'Opérette Imaginaire de Valère Novarina au Théâtre de l'Odéon

Nous vous avions informé de cette pièce de Valère Novarina mise en scène à Debrecen (Hongrie orientale) l'année dernière.

Pour tout savoir (ou presque) sur L'Opérette imaginaire, lisez l'article de notre ami Jean-Pierre Thibaudat, ancien critique de Libération, spécialiste
du théâtre est-européen >> ici

Lire le dossier de presse >> ici

« L'Opérette imaginaire », de Valère Novarina
Théâtre de l'Europe-Odéon, 20 heures, du 9 au 13 novembre,
01 44 85 40 40

critique

Qui touche la langue
touche le fond.

Valère Novarina

Chez Novarina, c’est comme si chaque mot devenait enfin un nom propre. Et ces noms propres forment «vivier» – le mot est de lui. Novarina y puise quand le besoin s’en fait sentir. Les mots ou les noms y vivent d’une vie tout à fait pareille à celle des poissons, passant en flèche, lançant un bref éclat et poursuivant leur nage dans les profondeurs où ils mutent, se dévorent entre eux, se multiplient obscurément.
Mais la langue de Novarina n’est pas que néologique : elle transporte avec elle, par tous ses flux organiques et littéraires, du corps et de l’histoire, intimes ou collectifs. Pour mieux dire, et pour commencer, elle fait corps – comme l’aliment fait et sculpte la bouche, car c’est la parole, dans ses intermittences (ouverture, occlusion), qui donne forme aux «muscles ronds fermant not’ tube», et à en croire la Lettre aux acteurs, la première question que le spectateur doit se poser face au plateau qu’habitent les créatures de Novarina n’est pas «Qu’est-ce qu’ils racontent ?» mais bien plutôt : «Qu’est-ce qu’ils mangent ? Ils se mangent ?» «Ma langue», précisait-il il y a déjà quelques années, «ma langue (que j’ai à désapprendre,  réapprendre et oublier tous les jours, que je n’ai jamais possédée), ce français qu’on dit parfois inaccentué, raisonneur et très  guindé, est une langue très invective, très germinative, très native, très secrète et très arborescente, faite pour pousser. Le français, c’est la plus belle langue du monde, parce que c’est à la fois du grec de cirque, du patois d’église, du latin arabesque, de l’anglais larvé, de l’argot de cour, du saxon éboulé, du batave d’oc, du doux-allemand, et de l’italien raccourci» («Chaos», in Le Théâtre des paroles).
Cette voix vitale et sans exemple, cette fermentation du français dévalant toutes ses pentes à la fois,  justifieraient à elles seules que Valère Novarina, après Howard Barker et Dimitris Dimitriadis, soit invité par l’Odéon-Théâtre de l’Europe à être l’auteur au coeur de notre saison. Il l’est à plus d’un titre. Cinq de ses textes sont inscrits à notre programme. Tout au long de l’année, plusieurs rendez-vous seront l’occasion de revenir sur différents aspects de son oeuvre. Dramaturge et poète, il travaille actuellement à un projet inédit, Le Vrai sang ; metteur en scène et peintre, il en dirigera la création à l’Odéon, en s’appuyant sur sa fidèle équipe de collaborateurs et une dizaine de grands solistes ; le texte sera publié chez P.O.L en janvier 2011.


à partir du 24 avril 2009

Théâtre Csokonai
www.csokonaiszinhaz.hu


un entretien fort intéressant sur la naissance de cette création franco-hongroise >> ici
le 25 avril un colloque intitulé "Le théâtre et le sacré" a eu lieu au théâtre



Réagir


CAPTCHA


Calendrier
« Décembre 2017 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Livre d'or Pas encore de message

Aller sur le livre d'or

Météo

Vendredi

min. 3 ° max. 6 °
Pluie

Samedi

min. 2 ° max. 6 °
Partiellement nuageux

Dimanche

min. 4 ° max. 7 °
Partiellement nuageux